Les news

LA PRESSE INTERNATIONALE NOUS HONORE !

Suite à la répétition publique du 31 Janvier dernier, nos amis du courrier international de La Nouvelle République, ont écrit ceci à propos de notre "gràànde finàle" :
"« La grande finale » s’ouvre sur le burlesque pour glisser inexorablement vers le tragique comme nous l’avons constaté, hier soir, à l’occasion d’un filage.
Lorsque le public entre dans la salle, cinq hommes et cinq femmes ont déjà entamé une figure qu’ils répéteront, de façon hypnotique, pendant une heure. La piste de danse est installée en contrebas d’une scène pour orchestre de bal ; elle a pour soleil une boule à facette.
Les concurrents portant dossard numéroté, sont plus ou moins jeunes, petits, grands, maigres, ronds : madame et monsieur tout le monde. Tandis que leurs visages se tordent toujours un peu plus, un technicien (hilarant) transmet le verdict d’un jury fantôme entre deux grilles de sudoku. Lorsque la moitié des danseurs est rayée de la piste, l’orchestre (les Monofocus de la compagnie « 2rienmerci ») et le speaker prennent le relais(…). D’abord nos rires se figent, puis l’émotion noue le ventre… d’autant que le réel épuisement physique des interprètes ajoute à la tension.
On pense bien sûr à « On achève bien les chevaux » de Sidney Pollack : ce n’est pourtant pas là qu’Agnès Pelletier a trouvé l’inspiration mais dans la cruauté des auditions monstres de grands chorégraphes, où les interprètes sont éliminés sans ménagement, emmenant souvent en souvenir une remarque difficile à digérer sur leur physique." Article paru le 1er Février dans la Nouvelle République

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

SPIP | Espace privé | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0